Les Bara, Hommes du Makay et de l’Isalo

Les Hommes du Makay, by Détours Madagascar from Sylvain PHILIP on Vimeo.

Lorsque nous voyageons dans le massif du Makay, comme dans le massif de l’Isalo, nous sommes sur les territoires des ethnies Bara. Excellents compagnons de voyage, ils donnent à nos voyages une saveur singulière, unique …
Cette enchainement d’images, de portraits se veut mettre en valeur nos équipes, nos guides-pistard mais aussi des anonymes croisés au grès de nos pérégrinations dans le massif du Makay.

Mais qui sont-ils dans cette mosaïque de peuple qu’est Madagascar ?

Les baras en quelques mots

Les Bara sont des pasteurs semi-nomades d’origine Bantou. Le groupe ethnique a été fondé par Rabiby venu d’Afrique avec des milliers d’hommes.
Ils ont élu domicile les plateaux du Sud de Madagascar.

Les Bara se dédient à l’élevage de zébus, symbole de richesse, et traversent de grandes distances avec leurs troupeaux.
Le vol de zébus fait partie des traditions du peuple Bara et est encore pratiqué de nos jours. Il est considéré comme étant un exploit courageux, ayant pour but de prouver son courage et séduire les jeunes femmes en vue du mariage.
Aussi, les jeunes hommes s’adonnent aux luttes à mains nues ou ringa, à des rodéos pour s’entraîner au combat.

Comme les autres peuples de la Grande Ile, les Bara vénèrent les ancêtres. Leurs sépultures sont disposées dans les grottes. Pour le respect des tombeaux, les accès sont difficiles et l’entrée est souvent marquée par des têtes de zébus. Les cérémonies Bara sont accompagnées de musiques et danses traditionnelles ; la plus étonnante étant la danse du Papango le roi des oiseaux, durant laquelle un homme suspendu sur un poteau imite le vol d’un oiseau.Les Bara sont des pasteurs semi-nomades d’origine Bantou. Le groupe ethnique a été fondé par Rabiby venu d’Afrique avec des milliers d’hommes.
Ils ont élu domicile les plateaux du Sud de Madagascar.
Leur territoire actuel est délimité par le fleuve du Mangoky, la forêt Midongy Sud, les villages de Beroroha et de Sakaraha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *