Du caviar à Madagascar : la future 3e production mondiale

On ne le répétera jamais assez, mais Madagascar dispose d’un potentiel illimité en matière de développement économique ! Agriculture, élevage, exploitation minière, main d’œuvres, tourisme, etc., les marchés porteurs ne manquent pas ! La majorité du peuple et des dirigeants semblent vivre sur une autre planète, mais pendant ce temps-là, des personnes lucides font ce qu’il faut ! Le pays ne cessera jamais d’étonner par sa richesse et les opportunités qu’il offre. Après le pétrole malgache, aujourd’hui le caviar malgache ! Oui le caviar !

Acipenser : la première ferme d’esturgeon de l’océan Indien

Un projet fou… mais très sensé à la fois
Madagascar ne possède aucune espèce d’esturgeon, car le genre Acipenser est originaire d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord. Cependant, il est possible de reproduire les conditions de vie de ces poissons dulçaquicoles dans les eaux malgaches. D’ailleurs, tout s’y prête merveilleusement bien à en juger les résultats qu’Acipencer a obtenus jusqu’ici. Cependant, il faut un investissement financier conséquent et beaucoup de patience puisque les esturgeons ne se reproduisent que tous les 5 ans au moins, jusqu’à 15 ans pour certaines espèces.

Les trois associés qui sont à l’origine, les dirigeants d’une entreprise de confection de Prêt-à-porter pour de grandes marques françaises. En voyant le potentiel malgache, ils ont décidé de se lancer dans cette aventure en 2009, obtenant les premières larves issues des premiers œufs le 1er avril 2013. Selon l’espèce, le poisson mesure de 1,5 à 6 m pour un poids de 20 kg à une tonne (pour les plus gros bélugas).

D’excellentes conditions d’élevage

Le site d’élevage se trouve dans un domaine de 6 ha, dans la commune d’Ambatolaona, à environ une heure et demie d’Antananarivo. La particularité de la région : le lac Mantasoa. Le site de production d’Acipenser est d’ailleurs en partie implanté sur ce lac. Il s’agit d’un immense réservoir d’eau d’environ 2 000 ha, aménagé à l’époque coloniale pour régulariser le cours de la rivière de l’Ikopa. Ces eaux sont réputées pour être poissonneuses et y élever des esturgeons n’est pas si insensé que cela.

Acipenser dispose d’un permis CITES pour une production respectant les règles internationales. Les œufs fécondés sont importés d’Europe et mis en incubation dans les installations de la ferme. Puis l’Aliment made in Acipenser et l’unité écloserie, pré grossissement et grossissement entrent en jeu. Les grands bassins dans lesquels les esturgeons évoluent sont façonnés en moellons taillés de sorte à rendre le site aussi authentique et naturel que possible. La ferme possède aussi un atelier de transformation homologué aux normes européennes pour préparer le caviar de Madagascar : ROVA.

 

Une ferme à la hauteur des exigences du marché international

L’environnement

La pisciculture est composée d’un « site terre » et d’un « site cages » directement implanté sur le lac de 1 300 m d’altitude. La qualité de l’eau est exceptionnelle, propice à la production d’un caviar d’exception. Toutes les conditions d’élevage sont optimales, comparables aux fermes européennes et américaines. De plus, la région est tout simplement exceptionnelle, avec ses vallons de terre rouge, ses rizières, ses eucalyptus et ses pins… Une nature généreuse !

La provenderie

L’aliment des esturgeons d’Acipenser est produit sur place à partir de matières premières à 80 % d’origines locales, sans OGM, sans farine d’animaux terrestres et sans farine de sang. La provende est donc fabriquée par la ferme elle-même, minutieusement analysée et vérifiée par des experts. Le but étant d’obtenir une maîtrise parfaite et complète de l’activité, garantissant un caviar de grande qualité.

Les valeurs de la ferme

Acipenser obtiendra très prochainement les certifications ISO 14 001, 26 000 et 22 000. L’engagement de l’entreprise concerne donc la qualité, mais aussi la société et l’environnement. Le personnel est composé d’une équipe de 90 Malgaches et Français, dont des cadres issus de l’institut halieutique et des sciences marines de Toliara. Les techniciens piscicoles viennent des villages environnants et sont formés en interne. À terme, Acipenser ambitionne de devenir le 3e producteur mondial de caviar.

Les espèces d’esturgeon produites

  • L’esturgeon sibérien (Acipenser baeri)

Ce poisson marron-grise ou grise-noire au long nez est une valeur sûre, donnant des grains de caviar de 2,4 mm de diamètre en moyenne. La couleur va du brun au noir ou au gris anthracite. Taille maximale : 2 m.

  • L’esturgeon Russe (Acipenser gueldenstaedtii)

L’esturgeon Russe, dit esturgeon diamant, est doté d’un corps vert-gris ou bleu-noir avec des écussons blancs en forme d’étoile. Le caviar dénommé Osciètre ou Caviar Ossetra sera de couleur ambre foncé, tirant vers le doré, mesurant au moins 2,8 mm.

  • Huso Huso (Béluga) 

Le béluga (huso huso), originaire de la mer Caspienne et la mer Noire, est l’esturgeon le plus grand et le plus gros de tous. Il donne de grosses graines de caviar gris perle (3,2 à 3,5 mm) au goût beurré restant longtemps en bouche. Sa maturation dure cependant longtemps, 18 ans, en raison de sa longévité : jusqu’à 118 ans.

  • Acipenser persicus

Il s’agit d’une espèce très exigeante, difficile et produire en élevage, mais donnant un caviar particulièrement doré de très grande qualité, au goût unique. Rares sont les producteurs arrivant à élever cet esturgeon au corps allongé de 1,5 à 2 m, pour un poids de 80 à 150 kg.

  • Acipenser Nudiventris

Cet esturgeon originaire du Danube est une espèce novatrice dans la production de caviar, traduisant la volonté d’Acipenser à se démarquer par l’originalité de ses produits. Le poisson est doté d’un corps gris-bleu et des écussons blancs.

2 réflexions au sujet de « Du caviar à Madagascar : la future 3e production mondiale »

  1. Arnaud dit :

    Sympa le petit Donzi 16 classic du proprio !!!

  2. Le bas jean François dit :

    Décidément vous ne manquez pas de projets
    Bravo et bon courage
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *