Fonderie d’aluminium d’art à Ambatolampy : l’artisanat made in Malagasy

La plupart des foyers malgaches possèdent dans leur cuisine des marmites et casseroles en aluminium provenant d’Ambatolampy. C’est essentiellement avec ça qu’ils cuisinent. Cette ville située à environ 70 km au sud d’Antananarivo (sur la RN7) est synonyme de fonderie d’aluminium. Il s’agit d’un artisanat très particulier, typiquement malgache !

Les origines de la fameuse fonderie d’Ambatolampy

La fonderie de Randrianantoanina

Randrianantoanina, un natif d’Ambatolampy, bâtit une fonderie à son retour du front, 3 ans avant la fin de la Grande Guerre. Il s’inspira de ce qu’il avait vu en Europe et des ruines restant des fonderies de Jean Laborde à Mantasoa. Il introduit à Madagascar la technique de moulage en latérite et fabriqua avec ses ouvriers des cloches en bronze.

Son histoire singulière est digne d’un film : emprisonné en 1947 pour soupçon d’approvisionnement d’armes aux insurgés malgaches, évasion et cavale en 1949, retour discret à Ambatolampy en 1951 où il introduit les premières marmites. Lauréat de l’Ordre national malgache pendant la première République…

 

Alumada, l’excellence de la fonderie d’aluminium malgache

Après la mort de Randrianantoanina en 1993, la relève était assurée puisque son savoir-faire avait été transmis à ses fils et plusieurs autres ouvriers. Aujourd’hui, sa fonderie, Alumada, est dirigée par sa petite fille, Stéphanie Ramanantoanina, artiste fondeur. La matière première est finement sélectionnée et consiste en des chutes de profilés aluminiums extrudés en Europe.

Il s’agit d’aluminium blanc alimentaire issu des cannettes de boisson. Cette matière est fondue pour fabriquer des statuettes, des cendriers, des objets de décoration uniques, des bijoux, etc. Texte, logo de société, laquage et packaging peuvent être ajoutés à ces objets d’art personnalisés.

 

La fabrication de marmites et d’objets d’art en aluminium

Les fameuses marmites en aluminium

Il est possible de se rendre à Ambatolampy et de visiter les fonderies artisanales pour découvrir la fabrication de marmites et d’autres objets en aluminium. Les plus réputés sont les ustensiles de cuisine : marmites, casseroles, poêles, cuillères et petites cuillères. La ville compte une centaine de petites fabriques familiales, transmettant leur savoir-faire de génération en génération.

Cannettes, boulons, déchets de menuiserie sont utilisés comme matière première. Les morceaux d’aluminium sont fondus, puis le métal liquide bouillant est coulé dans des moules fabriqués manuellement. Les ouvriers ne se munissent d’aucune sorte de protection et travaillent avec beaucoup de dextérité et une rapidité surprenante. Un seul artisan peut réaliser jusqu’à une cinquantaine de casseroles par jour.

Les objets d’art en aluminium recyclé

Il est toujours impressionnant d’observer la fonte de l’aluminium et le moulage. Le four en briques est alimenté par des braises en charbon de bois, permettant de fusionner le métal à une température de plus de 660 C. Le moule, qui ne sert qu’une fois, est fabriqué à partir d’un modèle qu’on insère dans une sorte de caisson en bois remplie de sable très fin mélangé à de la poussière de charbon. Par contre, le mélange peut être utilisé plusieurs fois.

L’aluminium en fusion est ensuite versé dans le moule par un conduit étroit, puis l’ensemble est immédiatement refroidi avec de l’eau avant d’être démoulé. La pièce à l’aspect rugueux est par la suite polie pour lisser et faire briller la surface. Les voyageurs apprécient beaucoup les objets qui en sortent : zébus, makis, caméléons, baobabs, etc. C’est un souvenir typiquement malgache à ramener lors de votre circuit à Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *