Parc National Tsingy de Bemaraha

Situé à environ 600 km d'Antananarivo, dans le centre-ouest de la Grande Île, le Parc National Tsingy de Bemaraha abrite l'une des plus importantes et des plus spectaculaires curiosités géologiques que le monde n'ait jamais connu. S'étendant sur une superficie de 157 710 ha, le Parc National Tsingy de Bemaraha fait parti des plus grandes aires protégées de Madagascar.

Histoire

Le parc fut créé le 1er août 1997.

Les Tsingy de Behamara, offrant l'une des plus étonnantes curiosités géologiques de la planète, a été classé Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1990.

Les Tsingy

Les Tsingy sont des formations rocheuses emblématiques de Madagascar. Il en existe de plusieurs sortes mais tous sont constitués de dépôts calcaires, de coquillages et de fossiles. Les Tsingy de Bemaraha sont issus de dépôts calcaires karstiques qui se sont formés il y a plus de 200 millions d'années. Le ruissellement de l'eau lui a procuré cette allure extraordinaire, composée de crêtes aiguisées.

Apparues il y a des centaines de millions d'années, ces curiosités rocheuses sont un véritable témoin de la transformation spectaculaire de la croûte terrestre. Les Tsingy forment aujourd'hui des jungles de pierres qui s'élèvent pour certaines à plus de 100 mètres de haut dévoilant des paysages lunaires spectaculaires.

En Malagasy, « Tsingy » se traduit comme « marcher sur la pointe des pieds ». Ca peut également être interprété comme « y aller avec craintes », comme l’exige l’exploration de ces pinacles rocheux aux formes fantasmagoriques. Les massifs sont, en effet, difficiles d’accès.

La visite du parc

Implanté dans la région de Melaky, le parc national du Tsingy de Bemaraha a hérité d’une biodiversité incroyable que l'on retrouve nulle part ailleurs. Ce réseau dense de failles, de crevasses et de blocs de calcaire sculptés en lames est l'un des paysages les plus spectaculaires de Madagascar. En pirogue et/ou à pied, dans les canyons et les labyrinthes de pierre, découvrez ces grands espaces hors du commun.

À la découverte des Tsingy

Classés Patrimoine mondiale de l'Unesco en 1990, les Tsingy sont divisés en deux zones distinctes : les petits Tsingy et les Grands Tsingy. Ils ont hérité de ces appellations selon la hauteur de leurs pointes qui varient de 30 à 60 mètres. Situés dans le village de Bekopaka, les petits Tsingy sont considérés comme les préambules des Grands Tsingy. Votre excursion se passera à environ 20 mètres au-dessus du sol, dans un couloir étroit qui vous fera traverser une forêt humide avant d’atteindre les grottes naturelles. Ce sont de véritables sanctuaires naturels, servant de refuge à près de 53 espèces d’oiseaux et six espèces rares de lémuriens. Constitués d’éperons rocheux et de pics vertigineux, les Grands Tsingy sont formés par une gigantesque cathédrale souterraine de minéraux karstiques. Pénétrez au fond d’un impressionnant réseau de diaclases pour découvrir un époustouflant paysage verdoyant. Les Grands Tsingy s’étendent sur plus de 72 000 ha. Selon les légendes, ces grottes souterraines servaient d’abris aux Vazimba, les premiers occupants de la Grande Île, qui cherchaient un gîte auprès de leurs dieux.

Une belle promenade sur la rivière Manambolo

Une belle balade en pirogue sur la rivière Manambolo vous attend pour vous immerger dans les fins fonds du relief des Tsingy de Bemaraha. Le paysage surtout dominé par des talus et des bancs de sable vous fera traverser de magnifiques gorges . Le fleuve de Manambolo puise sa source à Tsiroanomandidy, et traverse le village de Bekopaka ainsi que le parc national de Bemaraha avant de se jeter dans le Canal du Mozambique. Les innombrables grottes de ce site ont, en tout temps, servi de refuge pour des populations vivant à proximité. Certaines sont toujours utilisées comme lieu de cérémonie et de sépulture par les Sakalava.

Une faune et une flore hors du commun

Les Tsingy de Bemaraha sont considérés comme un centre d’endémisme remarquable de par leur richesse, aussi bien en espèces faunistiques qu’en espèces floristiques. On y retrouve une grande diversité d’écosystèmes, allant d'habitats humides à d'autres très secs.

Cette grande diversité biologique, issue de ce confinement, fait de ce biotope un lieu unique pour la conservation d'espèces endémiques spécifiques et de la diversité biologique. Le parc est le refuge de plusieurs espèces de lémuriens tels que le sifaka, le gidro et l'Aye-Aye. Vous apercevrez également plusieurs variétés d'oiseaux aquatiques et terrestres. Vous rencontrerez sûrement lors de votre trek l'aigle pêcheur de Madagascar, une espèce de rapace endémique à Madagascar. Vous pourrez également contempler la beauté des râles d'oliviers et de pygargues de Madagascar, ainsi que la sarcelle de Bernier, une espèce rare de canards sauvages.

Les reptiles sont aussi de la partie. Ils ont en effet su s'adapter aux conditions de vie que proposent ces galeries rocheuses et c'est sans surprise que l'on peut observer des crocodiles se prélasser au bord du fleuve Manambolo et Sahaony.

Le parc est recouvert d'une forêt sèche caducifolée tropophyle. Il abrite près de 650 espèces de plantes dont la majeure partie est endémique et typique des zones arides. Vous y verrez des arbres nains, mais également des grands arbres qui tentent de survivre sous ce climat sec et aride, en emmagasinant un maximum d'eau. Les plantes semblent vivre au ralenti en attendant l'arrivée de la pluie. La vie dans ce dédale de calcaire fascine les botanistes du monde entier.

Climat

Le parc bénéficie d’un climat tropical sec, composé de deux saisons : une saison chaude et pluvieuse entre novembre et avril et une saison sèche entre mai et octobre. Il est préférable de visiter le parc entre juin et novembre, car en période de pluie, la majorité des pistes sont glissantes et boueuses.