Antananarivo

Située au centre de Madagascar, Antananarivo ou Tananarive est la capitale de la grande île. Cette ville souvent délaissée par les voyageurs cache pourtant de nombreux trésors historiques et un charme culturel important.

Histoire

Antananarivo était autrefois appelée « Vohitsara » ou « cité de beauté ». Avant la fondation du royaume Merina, Antananarivo comptait une vingtaine de collines sacrées. En 1610, la conquête d’ « Analamanga » ou forêt bleue, par le premier roi Merina (le roi Andrianjaka), accompagné de ses milles guerriers a donné comme héritage le nom actuel de la ville d’Antananarivo, qui signifie la ville des mille.

Au début du XIXe siècle, la ville profita de son nouveau statut de capitale du pays et commença à s’étendre en direction de la plaine. En 1960, Antananarivo devint naturellement la capitale de la République malgache suite à la proclamation de l’Indépendance de Madagascar.

L'ancien hôtel de ville à Analakely, fut victime d'un incendie au cours de la révolution des étudiantes en médecine pendant la seconde république. Il fut reconstruit en 2009 sous les traits d'un grand édifice moderne et devint le siège de la Commune Urbaine d'Antananarivo.

Visiter Antananarivo

La parfaite méconnaissance de la capitale de Madagascar pousse souvent, à tort, les voyageurs à fuir rapidement la ville. Pourtant, Tananarive est une cité qui recèle de trésors historiques, culturels et architecturaux inestimables. Comme une forteresse, elle emprunte la forme d’une pyramide, et se construit autour de ses ruelles, ses quartiers pittoresques et ses marchés. La vieille ville au sommet de la colline et la ville basse bâtie sur la plaine avec quelques rizières, lacs et marais sont reliées par des « totoha-bato » ou escaliers de pierre.

Les missionnaires et entrepreneurs européens ont imprégné de leurs talents les constructions et ont façonné la ville qui se dévoile à travers les façades étroites des maisons de briques aux couleurs ocre-rouge. Vous y retrouverez sans mal les imposants édifices religieux, les maisons coloniales autrefois habitées par les nobles durant la colonisation, les arcades de l’Avenue de l’Indépendance, la gare de Soarano avec ses horloges de fabrication lyonnaise, le bâtiment de l’hôtel du Louvre de construction Eiffel, … et au sommet le Rova « Manjakamiadana » (règne dans la sérénité) construit par Jean Laborde. Telle une capitale à la campagne, Tana est aussi poétique que bucolique avec d'innombrables secrets d'histoire à découvrir. Vous y trouverez également des maisons traditionnelles en bois ou en torchis ainsi que et les tamboho de terre.

La ville Haute

Il est vrai que Tananarive est loin du cliché de la ville tropicale où il fait bon se prélasser en terrasse ou se balader dans les rue bordées de cocotiers mais sa complexité lui procure un charme unique que seul le temps pourra vous faire apprécier. Laissez-vous surprendre par sa Haute ville et ses escaliers qui vous conduiront tout droit vers une vue panoramique sur la ville et les collines environnantes. Au sommet de la colline, vous y trouverez le Palais de la Reine, ancienne résidence royale où résida jusqu'en 1895 la famille des rois merina. Le quartier de Faravohitra et ses églises vous témoignent du passé colonial de la ville tandis que certaines ruelles rappellent l'âme ancienne de Tana avec ses maisons en bois et toit de chaume.

La ville Basse

La ville basse et notamment Analakely au centre est aujourd'hui entièrement réaménagé. Ancienne zone marécageuse, le quartier a subit une importante métamorphose et se démarque aujourd'hui par l'imposante avenue de l'indépendance aujourd'hui bordée de beaux immeubles à arcades. L'avenue abritait jadis le plus grand marché à ciel ouvert, le Zoma. Y s'y côtoyait toutes les classes sociales venues marchander ou simplement déambuler entre les étales pour le plaisir. Ce symbole de la vie de Tana fut cependant peu à peu remplacé par la modernité et l'envie d'occidentaliser la capitale.

Tout au nord de l'avenue, la gare de Soarano construite en 1910 fonctionne toujours mais accueille désormais de moins en moins de voyageurs. Elle abrite aujourd'hui boutiques et restaurants.

Les marchés

Les marchés à Antananarivo, le plus souvent en plein air, sont des lieux rassembleurs où il est bon de s'y arrêter pour se rendre compte de la vraie vie urbaine de la Grande Île. Arrêtez vous au marché artisanal de la digue ou au marché d'Analakely fourmillant de locaux venus faire quelques achats et profitez de ces instants pour les observer tout en vous imprégnant des couleurs et des senteurs qui se dégagent des étales.

Vous l'aurez compris, Antananarivo n'est pas une ville comme les autres. Cette capitale aux mille facettes est à découvrir suivant les degrés de curiosités de chacun, sans plan, au gré des ruelles et des rencontres.

Climat

Antananarivo étant situé au centre de Madagascar, la capitale jouit d'un climat tempéré ambiant. Suivant les saisons, il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Néanmoins, entre juin et aout la ville doit faire face à des souffles d'air froid et quelques pluies. La température peut alors baisser fortement la nuit voir devenir glaciale.

De mi-novembre à mars les pluies se font abondantes avec de gros orages. Néanmoins, la ville qui connait un fort taux d'ensoleillement toute l'année profite de belles éclaircies entre chaque pluie.

Comment y aller

Madagascar se situe à 8 726.15 kilomètres de la France. La durée de vol est estimée environ à 11 heures 21 minutes. Antananarivo héberge le grand aéroport d’Ivato qui reçoit de nombreux vols internationaux et accueille les compagnies aériennes comme Air France, Air Madagascar et Corsair.

Comment circuler

Dans la ville, la circulation est assez difficile et se voit parfois bloquée par les embouteillages. De nombreuses visites peuvent se faire à pied notamment dans la Haute ville.

Vous devrez néanmoins opter pour un taxi pour vous déplacer d'un point à un autre. Les plus courageux pourront essayer les transports en commun qui desservent toute la ville mais faut-il déjà connaître les lignes.

Que faire à Antananarivo ?

  • Parcourir l'Avenue de l'Indépendance jusqu'à la gare Soarano.
  • Percer les secrets de la Haute Ville et découvrir le Palais de la Reine, les vieux quartiers et ses églises ou ses maisons coloniales tout en profitant des vues panoramiques sur la ville.
  • Profiter de la quiétude du parc de Tsaratsaotra et découvrir les anciens pavillons ainsi que sa faune et flore préservée.
  • Découvrir le savoir-faire artisanal à la Ferronnerie d'Art d'Antananarivo.
  • Passer par le quartier d'Isoraka pour visiter le tombeau du Premier Ministre Rainiharo avant de s'octroyer une pause culinaire dans l'un des restaurants ou échoppes.
  • S'arrêter sur le marché artisanal de la Digue ou le marché d'Analakely et observer l'agitation autours des étales.