Île Sainte-Marie I Nosy Boraha

Sainte-Marie, dite Nosy Boraha, est une destination tropicale au large de la côte est de Madagascar. Cette petite île de 49 km de long sur 5 km de large vous offre un paysage idyllique composé de petits villages de pêcheurs et de plages vierges. Authentique et préservée, elle vous promet le dépaysement !

Histoire

Les Juifs ?
Entre légende et réalité, l’histoire de l’île Sainte-Marie ou Nosy Boraha est passionnante. Certains l’appellent également Nosy Mbavy ou « l’île des femmes ».
Selon la légende, un Juif nommé Abraham ou Ibrahim fut assailli par une horde de femmes à son arrivée sur l’Île. Fatigué et affamé, il fit la rencontre d’une vieille dame qui lui offrit à manger par pitié.
Reconnaissant, Abraham bénit sa bienfaitrice et ses descendants, de sorte qu’ils trouvèrent toujours de l’eau durant leur déplacement. La fable dit que le printemps jaillit à proximité de l’habitation de la vieille dame.
Se référant à cette histoire, certains historiens avancent que les premiers étrangers venus sur l’île ont été des Yéménites, des Juifs Yéménites.

La légende de Jonas
Une autre légende évoque Nosy Boraha, en rapport avec le mythe biblique de Jonas. Selon les dires d’un villageois nommé Boraha, Jonas, chassé par une baleine, fut sauvé par un dauphin qui le déposa sur le rivage de l’île.

Les pirates
Les premiers Européens débarquèrent à Nosy Boraha vers la fin du XVIe siècle. Le pirate Thomas White épousa une princesse de l’est de Madagascar.
Leur union permit la naissance de dynastie Zanamalata. Leur fils Ratsimilaho fonda le groupe ethnique Betsimisaraka, réunissant les tribus côtières. Son royaume s’étendit jusqu’à Mahavelona.

En 1685, Nosy Boraha devint un important repaire de pirates. La majorité des navires qui y passaient furent vandalisés. Les boucaniers bénéficièrent d’un abri sécurisé à Sainte-Marie.
Ils pillèrent tous les transporteurs d’épices venus d’Inde, ayant accosté sur l’île pour s’approvisionner ou réparer les navires.
Certains historiens estiment à 1 000 le nombre de pirates qui ont trouvé refuge sur l’île. Quelques épaves de bateaux de pirates sont encore visibles près de la baie des Forbans.
Deux d’entre eux auraient appartenu au Capitaine Kidd et au Capitaine Condent. Des tombes de pirates se nichent également dans la baie, à proximité d’Ambodifotatra.
Les Français
Nosy Boraha entra sous la domination française en 1750, le 30 juillet plus précisément, lorsque la reine Betty signa un traité.
Toujours selon les dires, Betty, la fille de Ratsimilaho s’amouracha d’un ex-soldat gascon du nom de Jean Onésime Filet (surnommé La Bigorne) qui aurait usé de tout son charme pour que la reine signe ce traité. Le palais de Betty devint alors celui du Gouverneur, aujourd’hui un musée.
L’îlot Madame, où se trouve ce monument, abrite également la première église catholique malgache (1857), dont l’autel fut un présent de l'Impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III.
Les premiers Français qui arrivèrent ici et s’y installèrent furent cependant des pirates. Il est d’ailleurs possible de visiter leurs tombeaux à Ambodifotatra.

L'Île Sainte-Marie aujourd’hui

La sympathique population
Joyau de la côte est de Madagascar, Sainte-Marie recèle mille et une curiosités. Entre les promenades, les baignades et la dégustation de punch au coco devant un coucher de soleil hypnotisant, vous aurez de quoi vous occuper durant votre séjour. Oubliez l’idée de faire la course aux visites, profitez pleinement de chaque escapade et du paysage, dans le calme et la sérénité.

Nosy Boraha s’entoure de plusieurs kilomètres de plage de sable fin, à proximité des baies d’Antongil et de Tintingue, autres repaires présumés des pirates.
L’île a hérité d’un beau métissage culturel et linguistique. La population parle principalement le Saint-Marien, une association de la langue française et des dialectes de la Grande Île, en plus de quelques influences bantoues, anglaises et indonésiennes. La gentillesse et la générosité des habitants font aussi partie des atouts qui renforcent le charme de la destination. Laissez-vous submerger par l’atmosphère paisible des lieux et la joie de vivre de la population.

Les îlots, plages et baies

En plus de l’île principale, Sainte-Marie compte plusieurs îlots.
Végétation luxuriante, plages, baies et criques vous attendent dans cette contrée de rêve. L’île principale se visite à pied ou en vélo. Même si les reliefs sont accidentés dans la partie est, celle-ci propose de belles plages, comme celle de péninsule Ampanihy qui se détache des terres par la baie d’Ampanihy. Les amateurs de baignade doivent faire preuve de vigilance, car les eaux y sont profondes. Pour atteindre les baies et les criques les plus isolées, misez sur une promenade en pirogue.

Un récif corallien protège les baies. Offrez-vous une séance de plongée sous-marine pour admirer les formations cornalines qui constituent la lagune, les poissons tropicaux, mais aussi les tortues marines qui ont élu domicile dans les épaves des bateaux pirates.

Les forêts
Comme toutes les destinations de la côte est de Madagascar, l’île de Sainte-Marie est soumise à une pluviométrie assez forte, profitant à une nature luxuriante. Rendez-vous à la plage d’Ankarena, bordée par une végétation forestière et une grotte de front de mer, pour découvrir la faune et la flore de l’océan Indien.
Occupant une superficie de 400 ha, la forêt d’Ikalalao abrite de nombreuses variétés d’orchidées. C’est également le refuge de trois espèces de lémuriens : le Microcebus, le lémurien souris et le lémurien nain. Les caméléons qui y vivent sont tous endémiques.
La forêt secondaire d’Ambodena répertorie une grande variété d’oiseaux, de caméléons, de geckos et de grenouilles arborescentes. Côté primates, retrouvez-y des lémuriens souris, des lémuriens bruns à tête blanche, des lémurs doux gris et des louveteaux rouge et blanc.
La forêt d’Ampanihy quant à elle est dominée par une mangrove à explorer en pirogue. Des tortues marines accostent parfois sur la plage pour y pondre des œufs.

Que voir à Sainte-Marie ?

  • L'Église catholique qui date de 1857, dont l’autel est un cadeau de l’impératrice Eugénie de France.
  • Le vieux fort qui trône au sommet d’une colline. On peut encore y voir l’insigne de Louis XV.
  • L’île Forbans, de forme circulaire, qui abrite une ruine d’arc.
  • Le cimetière des pirates de Saint-Pierre, aménagé sur une péninsule, etc.

Climat

Nosy Boraha bénéficie d’un climat tropical. Comptez une saison chaude et tropicale de janvier à avril, une saison tempérée et humide de mai à août, et une saison douce et sèche de septembre à décembre. La température varie entre 20 à 30 °C, avec une alternance de pluies et de soleil.

Comment s’y rendre ?

Il y existe deux options pour se rendre à Sainte-Marie :

  • Par voie aérienne : Par l’intermédiaire d’Air Madagascar au départ d’Antananarivo, Toamasina ou La Réunion, et d’Air Austral à La Réunion ou Toamasina.
  • Par voie maritime :
    Comptez deux heures de traversée en bateau depuis Soanierana Ivongo.

Comment s’y déplacer ?

Le choix vous est donné entre le vélo ou la marche pour vos déplacements. Il n’y a pas de taxi mais des Toktok.