Le festival Volambetohaka : la fête de l’année dans la région d’Amoron’i Mania

Madagascar est une île très riche en évènement culturel. Presque chaque région  possède un festival spécifique. A savoir le « Alahamadibe » pour les Merina; le « Fitampoha » pour la région de Boeny ; le « Sambatra » dans la partie de Mananjary ; le « Donia » pour  Nosy Be ; le « Jerijery » d’Analanjirofo et le « Volambetohaka » de la région d’Amoron’i Mania. Admirer ces festivals est à ne pas rater lors de votre voyage à Madagascar.

Volambetohaka, identité d’Amoron’i Mania

Dans la région d’Amoron’i Mania (dans la partie sud des Hautes Terres de l’île), l’année est divisée en deux périodes : le « Volandrimorimo » (du 15 Septembre au 14 Mars), une période de dur supplice de la vie dans la société, elle est consacrée aux travaux de champs. Le « Volambetohaka » (du 15 Mars au 14 Septembre) est une période de festivité, de construction et de récolte de riz.  Le festival a lieu à la fin août et est inspiré de cette deuxième période de l’année, il est plutôt culturel et artistique. Il a été crée en 1995, mais a été connu en 1998. Le nom est composé de « volana» qui veut dire lune et « tohaka » qui signifie joie.

Ce festival se déroule tous les deux ans dans l’un des districts d’Amoron’i Mania c’est-à-dire à tour de rôle au niveau d’Ambositra, Ambatofinandrahana, Fandriana et Manadriana. Il a pour objectif de faire connaître et promouvoir les aspects typiques culturels et artistiques de la région. Il permet aussi de renforcer la solidarité et l’échange entre les « betsileo tavaratra » (ethnie de la région). Le festival veut valoriser la culture malgache surtout celle d’Amoron’i Mania.

Quatre jours de festivité complète

Le festival dure 4 jours. Les participants sont les représentants des cinq districts de la région dans chaque domaine d’activité.

Le 1er jour : il y a le « toakaja » (rendre honneur). C’est l’accueil des participants et des invités. Les autorités locales offrent de l’alcool typique betsileo aux invités, suivi des « sokela betsileo » (discours propre à l’ethnie) et d’une animation culturelle.

Le 2ème jour : L’ouverture officielle est composée d’un carnaval, d’un discours officiel et d’un vernissage. A midi, un repas commun est offert par les organisateurs ainsi que le partage de viande de zébu. La journée continue avec une animation culturelle, et un grand bal populaire, où l’on danse le kidodo, une danse Betsileo.

Le 3ème jour : Très tôt le matin, il y a la circoncision traditionnelle collective, suivi d’une « tevika zazavavy » (piercing des jeunes filles). Par la suite, une démonstration de demande en mariage traditionnelle est faite. Oui, les demandes en mariages à Madagascar doivent suivre tout un protocole. Pour clôturer cette journée, vous pourrez assister au  « fetrika » (une sorte de boxe traditionnelle) et un combat de coq.

Le 4ème jour : Dans la matiné, le combat de zébu ouvre cette dernière journée. Ensuite, à lieu le « savika » pendant lequel un homme monte un zébu très robuste et doit tenir sur sa bosse afin d’achever la bête, une des spécifités de Fianarantsoa.  En fin de  journée, pour clôturer le festival, il y a la remise de prix et la passation du fanion pour le district qui va accueillir le « Volambetohaka » pour la prochaine édition.

Ce programme varie selon l’organisation du district qui accueillit le « Volambetohaka ». Ce festival est vraiment riche en festivité ancestrale, des us et coutume betsileo et des divers palabres et discours spécifique de la région. Assister à ce festival lors de votre circuit à Madagascar sera une très riche expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *