Les Baobabs de Madagascar : arbres emblématiques et mythiques

Il s’agit d’un arbre emblématique de Madagascar, caractérisant le paysage du sud et de l’ouest du pays. Il est représenté sur une face de la pièce de 50 ariary, marquant une empreinte dans le passé et le présent des Malgaches. Cet arbre majestueux est impressionnant lorsqu’on le voit pour de vrai avec son énorme tronc à l’écorce lisse et sa hauteur vertigineuse. D’ailleurs des circuits touristiques sont spécialement consacrés à la découverte de baobabs. À noter que 6 des 8 espèces recensés dans le monde sont endémiques de l’île !

La reine de la forêt

Baobab et mythes
Plusieurs mythes entourent ce grand arbre pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de hauteur, avec son aspect très particulier. Parmi elles, la plus connue est sans doute celle qui raconte que le baobab a été planté à l’envers par Dieu. À Madagascar, il raconte une histoire différente selon le village. Dans le sud-ouest de l’île (région Morombe), par exemple, dans le petit village d’Andombiry, le plus grand arbre d’une immense forêt de baobabs est vénéré par les habitants.

Baobab et quotidien
Le baobab est utilisé au quotidien : la pulpe (riche en vitamine C et en calcium) et les feuilles sont consommées, les écorces, les fleurs, les graines et les racines sont utilisées comme médicament. Le bois sert également de matériaux de construction, notamment pour fabriquer des tuiles et des murs. À Ampotaka, sur le plateau de Mahafaly, dans le sud de l’île, le baobab sert de réservoir d’eau pour faire face à la rude et longue saison sèche. Les troncs sont alors creusés et remplis d’eau durant la courte saison des pluies.

Baobab et éternité
Le baobab est appelé reniala en malgache, signifiant « reine de la forêt ». L’arbre est résolument imposant : environ une vingtaine de mètres de hauteur pour les spécimens adultes, pour une circonférence d’une vingtaine de mètres également (tronc). Le diamètre d’un tronc peut atteindre 10 mètres. Le plus vieux baobab connu à Madagascar est celui du parc de Tsimanapetsotse au sud de Tuléar, appelé « grand-mère ». Celui-ci appartient à l’espèce Adansonia rubrotispa, et est âgé de 1 600 ans.

Les paysages de baobabs

Baobabs et terre
Lorsqu’on évoque le nom de cet arbre, les connaisseurs ont tout de suite à l’esprit la fameuse « Allée des baobabs ». Il s’agit d’une petite voie terrestre bordée par une douzaine de baobabs de plus de 30 mètres de haut et vieux de plus de 800 ans. Ils sont bien alignés et offrent un cadre exceptionnel, particulièrement lorsque le soleil se lève ou se couche. Le site se trouve dans une zone protégée à 19 km de Morondava, dans l’ouest de Madagascar.

Baobabs et fleuve
L’un des meilleurs moyens d’admirer les baobabs est de longer le fleuve Mangoky, dévoilant un paysage sans pareil ! C’est le paradis des amateurs de photographie et des amoureux de la nature ! La descente du fleuve de 170 km doit durer au moins une semaine pour profiter des merveilles qu’elle offre : des baobabs bordant le cours d’eau, longeant des crêtes ou remplissant le fond des canyons. Ce fleuve de l’ouest de l’île, accessible entre les villes de Beroroha et d’Ambiky, invite à l’aventure.

Baobabs et mer
Le baobab n’est jamais très loin de l’océan dans la partie ouest de la Grande Île, et caractérise le paysage à l’intérieur des terres. Parfois, les arbres poussent dans des mares aux eaux saumâtres. On s’en rend compte lorsqu’on se rend en véhicule tout-terrain dans les stations balnéaires d’Ifaty ou d’Anakao. Cependant, le baobab le plus célèbre se trouvant au bord de la mer est celui de Majunga. Bouye be est devenu le symbole de la ville ! Pour une expérience inoubliable, il est recommandé d’assister au festival des baobabs, à Morondava en juillet.

Pour une immersion totale à Madagascar entre les baobabs, découvrez la bande annonce du film Baobabs entre terre et mer de Cyrille Cornu. Rendez vous sur son site internet Baobabs land-sea, où le DVD est en vente. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *