Les oiseaux de Madagascar : dignes représentants de la beauté de la nature malgache

Madagascar compte 258 espèces d’oiseaux, dont 115 endémiques. On peut observer l’avifaune malgache dans diverses aires protégées de l’île, idéalement entre octobre et décembre. Allant de l’ankoay au martin-pêcheur, en passant par les Flamands roses, les amateurs de birdwatching sont toujours comblés. Alors à vos appareils photo et jumelles !

Les oiseaux de légende de Madagascar

On connaît surtout Madagascar pour les lémuriens, mais la Grande Île est aussi le paradis des oiseaux. 258 espèces ont été recensées jusqu’ici, dont la plupart sont endémiques. Des oiseaux de terre géants peuplaient autrefois l’île, mais ils ont peu à peu disparu à l’arrivée de l’homme vers l’an 1000. Cependant, des récits et témoignages racontent que de rares spécimens d’oiseaux éléphants ont été vus au XVIIe siècle.

Ce grand oiseau mesurait environ 3 mètres et pesait près de 500 kg. Il ne pouvait pas voler à cause de ses ailes atrophiées et son poids, mais ses pattes étaient puissantes et lui permettaient de courir rapidement. Un seul de ses œufs de 10 kg aurait pu nourrir plus de 150 personnes ! Des œufs fossiles ainsi que des squelettes sont exposés dans divers musées, notamment celui du parc zoologique de Tsimbazaza (Antananarivo).

Les oiseaux dans les croyances et le symbolisme

Aujourd’hui, de nombreuses autres espèces d’oiseaux risquent l’extinction à cause de la dégradation de l’environnement et des croyances des peuples qui les côtoient. Le pygargue de Madagascar (Haliaetus vociferides), dit ankoay, est par exemple considéré comme l’oiseau des sorciers et symbolise le mal. Le peu de population qui reste se trouve dans l’ouest du pays, mais la déforestation et la pollution auront peut-être raison d’eux sans intervention de l’homme. Ces rapaces de 60 cm à 70 cm pour une envergure de 165 à 180 cm ont la calotte, la gorge et la nuque de couleur gris blanc avec quelques plumes brunes ou rousses.

Concernant le symbolisme et les croyances, l’épervier représentait la puissance de la monarchie malgache au temps de la royauté. L’entrée du palais de la reine est d’ailleurs dotée d’un statut en bronze d’épervier. Autre exemple : l’oiseau Mijoa (Ibis) symbolise le passage entre les morts et les vivants chez les Sakalavas, une ethnie de l’ouest de Madagascar (une des 18 principales ethnies malgaches).

Les oiseaux de terres endémiques de Madagascar

Concernant les oiseaux de terre, on peut citer comme espèces endémiques le serpentaire de Madagascar, un aigle de petite taille (66 cm pour une envergure d’environ 1 m) se nourrissant de caméléons et de geckos. Il habite dans les forêts pluviales du nord-est de Tsaratanana (nord-est de Madagascar).

Autre espèce qui mérite d’être mentionnée : le brachyptérolle à longue queue (Uratelornis chimaera), seule espèce du genre uratelornis, habitant dans les forêts épineuses et arides proches de la côte sud-est de Madagascar. Mesurant de 34 à 47 cm, dont 30 cm de queue, ce petit oiseau gris avec quelques plumes bleues se nourrit d’invertébrés.

Les oiseaux aquatiques endémiques de Madagascar

Les oiseaux aquatiques sont les plus faciles à observer et comptent les plus beaux spécimens, en l’occurrence le martin-pêcheur malgache, doté d’un magnifique plumage roux et blanc. La sarcelle de Bernier (Anas bernieri) est une espèce qui intéresse tous les amateurs de tourisme ornithologique, peuplant les lacs Ambondro et Sirave (région d’Androy, sud de Madagascar). Il se distingue des sarcelles grises par son plumage virant à la rousse.

Le Coua est une espèce célèbre peuplant les forêts humides orientales, caractérisée par une tache de peau bleue derrière les oreilles, avec une tête surmontée d’une huppe bleu gris. Son nom est une onomatopée associée au cri particulier qu’il pousse du haut d’un arbre de plus de 15 m.

Observer les oiseaux dans des aires protégées

Parmi les aires protégées les plus favorables au birdwatching lors de votre circuit à madagascar, citons entre autres le parc national d’Ankarafantsika, abritant 129 espèces d’oiseaux, dont 75 endémiques. Toujours dans le nord-est de Madagascar, le parc de Masoala compte environ 60 espèces endémiques dont l’aigle serpentaire.

Dans le nord-est de l’île, le Complexe de Zones Humides Mahavavy–Kinkony (258 900 ha de zone protégée) est le paradis des birdwatchers qui s’extasient à la vue des oiseaux aux 1001 couleurs, notamment des Flamants roses, des aigles pêcheurs et des ibis sacrés de Madagascar. Au nord-ouest de la grande île, l’aire protégée du Tsimembo-Manambolomaty est l’endroit idéal pour observer l’ankoay.

Dans le sud, le parc national de Tsimanampetsotsa permet d’observer des oiseaux nichés au bord d’une mer turquoise ou au sommet d’un baobab. 72 espèces sont à découvrir, notamment les Flamands roses ou le Calicalic à épaulettes (calicalicus rufocarpalis).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *