Tsingy, comme le tranchant d’une lame …

Les Tsingy, ils sont emblématiques des voyages à Madagascar. Marins ou terrestres, ces curiosités géologiques sont parmi les plus étonnantes de la planète. Omniprésentes dans l’Ouest de la Grande Ile, les Tsingy attisent la curiosité des voyageurs.

Les Tsingy de Bemaraha à l’ouest, de l’Ankarana dans la région nord où alors, plus difficile d’accès, de Namoroka au sud de Majunga offrent des paysages uniques et spectaculaires.

Ces isolats permettent aussi une belle découverte d’une faune et d’une flore spécifiques, voire endémiques. Des itinéraires ont été aménagés pour pouvoir découvrir ce monde particulier en tout sérénité.

Les Tsingy marins sont moins connus mais tout aussi grandioses. Ils offrent des paysages de toute beauté, avec des pinacles rocheux aux formes fantasmagoriques jaillissant des eaux.
Suivant les lieux, ils peuvent être rehaussés de baobabs rouges ou autres pachypodiums, comme dans la baie de Moramba et à Kamanjara au nord de Majunga, Nosy Hara à l’ouest de Diégo.

“Tsingy“, en malagasy, vient du verbe mitsingitsingy qui signifierait « marcher sur la pointe des pied» ou, au sens figuré, « y aller avec crainte ». Les massifs des Tsingy sont effectivement difficiles à pénétrer et il est complexe de s’y déplacer.

L’histoire de la formation des Tsingy est à replacer dans un contexte beaucoup plus large, aussi bien temporel que physique.

De nos jours, la partie occidentale de Grande Ile est ceinturée, du nord au sud, par de vastes dépôts calcaires d’origine marine datant de 200 millions d’années.
Il y a 6 millions d’années, cette gigantesque couche sédimentaire a été soulevée de manière lente et inexorable, en même temps que le socle cristallin constituant la majeure partie de Madagascar.
C’est une conséquence de la séparation des plaques tectoniques africaine et somalienne (Madagascar / Inde), il y a 160 millions d’années. La mer se retire peu à peu, découvrant des couches sédimentées de coraux et coquillages, un immense plateau fissuré de failles de plusieurs dizaines de mètres.

Le ruissèlement des pluies tropicales a érodé et permis la dissolution hydrochimique des calcaires les plus purs. Il parachève le décor en sculptant ces massif de dentelles de pierres effilés.

Tous ces facteurs combinés ont donné naissance aux Tsingy, ces paysages tourmentés aux profils acérés comme des lames, entrecoupés de myriade de galeries souterraines.

En surface les arrêtes de calcaires effilées, les lapiaz aux sillons particuliers et les diaclases (fentes) profondes et étroites rendent toute pénétration très difficile. Des réseaux hydrographiques essentiellement souterrains parcourent les massifs et offrent un ensemble dense de grottes abritant des stalactites et de stalagmites souvent impressionnantes et de véritables cathédrales minérales.

Ces réseaux souterrains ont toujours, au fil des siècles, servis de refuge ou d’habitat pour les populations locales. Les premiers habitants de Madagascar, les Vasimba, y auraient implanté leur habitat.

Sylvain PHILIP © Détours Madagascar 2016

Une réflexion au sujet de « Tsingy, comme le tranchant d’une lame … »

  1. ariah dit :

    Bonjour,
    C’est magnifique et c’est vraiment incroyable à quelle point Madagascar à de telle endroit agréable.
    Merci de votre partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *