Microcebus : une petite merveille de la nature !

Microcebus : une petite merveille de la nature !

14 mars 2019

    

Les microcèbes, du genre microcebus, regroupent les espèces de lémuriens les plus petites du monde et donc les plus petits primates du monde également. Ils mesurent environ 12 cm et sont pourvus d’une queue de près de 15 cm.

 

Ces animaux sont tellement compliqués à observer (difficilement repérables dans la forêt) et à étudier qu’on découvre encore de nouvelles espèces. Leurs particularités biologiques et génétiques ne cessent d’étonner et ils pourraient bien être la clé de nouvelles avancées scientifiques !

 

Ces minuscules lémuriens sont cependant en danger d’extinction puisque leur habitat se dégrade progressivement à cause de l’homme. Faisons connaissance avec cette petite merveille de la nature, endémique de Madagascar !

  Microcebus : une petite merveille de la nature !  

Un primate de la taille d’une souris !

 

Les microcèbes pèsent tout au plus 90 grammes et sont de la taille d’une grande souris. Ils ont de gros yeux dont la rétine est hypersensible. Les oreilles (tailles dépendant de l’espèce) sont également très sensibles leur permettant d’entendre des proies à plusieurs mètres. Celles-ci sont des insectes, mais les « microprimates » se nourrissent également de fruit, de nectar et de miel. Ils sont solitaires lorsqu’ils se nourrissent !

 

Ce sont des animaux nocturnes, ce qui rend leur observation encore plus difficile. Durant la journée, ils dorment en petit groupe (les mâles dorment seuls) dans des creux d’arbres ou des nids de feuilles. Ces groupes se composent d’environ 15 individus sur une surface de 700 m² à 2 ha.

 

Les microcèbes marquent leur territoire en urinant sur leurs mains et pieds, dispersant sur leur passage l’odeur. La période de reproduction se situe entre septembre et octobre et les petits (2 à 4 par femelle) naissent en novembre ou décembre après 59 à 62 jours de gestation. Les mâles se montrent rarement agressifs sauf lorsqu’ils sont en captivité.

 

Ce qui est le plus étonnant, c’est que ce sont des primates malgré leur petite taille ! Les scientifiques les étudient pour des trouvailles qui pourraient s’appliquer à l’Homme. Les microcèbes peuvent notamment entrer en état de « torpeur », une forme de dormance.

 

Un primate qui hiberne (ou presque) !

 

Ces petits lémuriens ont la queue grasse, un moyen de stocker de l’énergie et d’en puiser en période de pénuries alimentaires liées au changement de saison, notamment en hiver (saison sèche à Madagascar). Cependant, ils n’hivernent pas, car ils ne restent pas dans cet état assez longtemps.

 

Ils se roulent en boule et ralentissent leur métabolisme (réduisant leur température corporelle à un minimum de 7°C) pour économiser leur énergie. Ils peuvent à tout moment remonter volontairement la température de leur corps à la normale pour sortir chercher de la nourriture.

 

La période de dormance dépend de l’habitat et du sexe de l’animal. Les femmes connaissent notamment plusieurs semaines jusqu’à 5 mois de torpeur dans la forêt de Kirindy (sud-ouest malgache). Les mâles ne dorment jamais plus de quelques jours et se réveillent toujours avant les femelles pour établir la hiérarchie.

 

Des espèces qui restent encore à découvrir ?

 

Les espèces de microcèbes les plus communes sont le microcèbe gris-roux – Microcebus griseorufus (dans les forêts sèches caducifoliées du nord et de l’ouest et les bushes épineux du sud) et le microcèbe roux – Microcebus rufus (dans la forêt humide et dense de l’est).

  Microcebus : une petite merveille de la nature !  

Le genre microcebus compte 24 espèces, dont les plus connus sont répartis comme suit !

 

Dans le nord-ouest de Madagascar :

• Le microcèbe de Danfoss – Microcebus danfossi

• Le microcèbe du Bongolava – Microcebus bongolavensis

• Le microcèbe de Lokobe – Microcebus lokobensis (Réserve de Lokobe)

• Le microcèbe clair – Microcebus mamiratra (Réserve de Lokobe)

• Le microcèbe de Ravelobe – Microcebus ravelobensis (forêt près du Lac Ravelobe)

• Le microcèbe Roux du Nord – Microcebus tavaratra (réserve spéciale de l’Ankarana)

 

Dans le nord-est et l’est :

• Le microcèbe de Mittermeier – Microcebus mittermeieri

• Le microcèbe de la Sambirano – Microcebus sambiranensis

• Le microcèbe de Simmon, Microcebus simmonsi

• Le microcebus lehilahytsara (parc national d’Andasibe-Mantadia)

 

Dans le sud :

• Le microcèbe de Jolly – Microcebus jollyae

• Le microcèbe de Madame Berthe – Microcebus berthae (forêt de Kirindy)

 

Trois nouvelles espèces ont été découvertes en 2016 :

• Le microcèbe de Ganzhorn (microcebus ganzhorni), découverte dans le sud-est de Madagascar

• Le microcebus Manitatra, provenant de l’ouest de Madagascar

• Le microcebus Boraha, nommé d’après l’île d’origine de l’animal, Sainte-Marie ou Nosy Boraha en malgache

 

Une espèce en péril ou pas ?

 

Les principaux prédateurs du microcèbe sont les oiseaux rapaces et les gros serpents, mais cela est tout à fait naturel. Les petits lémuriens survivront, sauf si l’homme détruit complètement son habitat.

 

Le microcebus gerpi est notamment une espèce en danger critique dans l’est de Madagascar. Le projet Gerpi, mené à Anjahamana, Andobo, Sahafiana et au nord d’Anivorano Est a pour objectif de conserver cette espèce.

 

On pourrait dire que tous les projets de gestion et de conservation d’une espace protégée où se trouvent les microcèbes contribuent à leur préservation. Si la menace n’était que climatique, le microcebus y aurait fait face grâce à son extraordinaire capacité d’adaptation !

 

Les naturalistes avancent l’hypothèse que le microcèbe est la forme survivante la plus archaïque de tous les primates, mais certains pensent que ce genre de lémurien a évolué vers le nanisme en raison de son habitat isolé. Madagascar est notamment un quasi continent ! Dans tous les cas, le microcebus est impressionnant !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Mi de "Détours Madagascar". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 83