Le Ravintsara : le X-man des plantes

Le ravintsara est en train de connaître un succès international, grâce à son efficacité en tant que remède naturel contre la grippe et de nombreuses autres pathologies. On la connaît surtout sous forme d’huile essentielle, mais connaissez-vous ses origines, son identité, ses vertus… ?

Un camphrier qui a subi une mutation naturelle

En réalité, le ravintsara ou ravensara est un camphrier de Chine, un Cinnamomum camphora introduit à Madagascar entre le XVIe et le XVIIe siècle. L’arbre a alors subi une mutation, éliminant le camphre dans sa composition chimique. Les chercheurs sont intrigués par ce phénomène qu’il n’arrive toujours pas à expliquer. L’arbre aurait-elle opéré un croisement avec le ravensara aromatica, un autre arbre de la même famille qui a toujours existé sur l’île ?

Il faut savoir que les camphriers du Japon contiennent 50 % de camphre, alors que le camphrier malgache n’en contient quasiment pas. Les feuilles de ravintsara sont composées en majorité de Cinéole ou Eucalyptol de la famille des oxydes, ce qui explique son odeur proche de celle de l’Eucalyptus. Pour information, il faut 200 kg de feuilles pour extraire 1 litre d’huile essentielle. À noter que l’huile essentielle de ravintsara et l’huile essentielle de ravensara sont différentes. Dans tous les cas, privilégiez les produits estampés du label Agriculture biologique (AB) !

Un remède naturel et traditionnel à Madagascar

Le ravensara ou le ravintsara (aucune distinction pour les Malgaches) a toujours été utilisé en tant que plantes médicinales. Dans son ouvrage Histoire de la grande île Madagascar paru en 1658, le commandant français Étienne de Flancourt observe un usage massif du ravintsara par la population malgache en tant que remède traditionnel. Ses propriétés paraissent miraculeuses, car il est utilisé pour soigner toutes sortes de maux.

Aujourd’hui, les foyers malgaches l’utilisent toujours pour soigner le rhume et la grippe. On met à bouillir les feuilles dans de l’eau, puis on inhale la vapeur en s’enveloppant dans une couverture. C’est ce qu’on appelle « hevoka ». C’est un antiviral puissant, mais également un immunostimulant et un décongestionnant. Les bactéries, les virus et les champignons n’y résistent pas. L’huile essentielle de ravintsara n’est pas accessible à la plupart des Malgaches, car trop chère : entre 10 et 12 €, soit environ 45 000 Ar.

L’huile essentielle de ravintsara : le super-héro de l’hiver

En Europe, notamment en France, l’huile essentielle de Ravintsara est de plus en plus populaire, particulièrement en hiver. Les professionnels de la santé reconnaissent les vertus de cette huile et recommandent son utilisation. Son caractère antiviral a été notamment confirmé par les travaux de Jassim et Naji en 2003, tandis que ses vertus anti-inflammatoires et antioxydantes ont été démontrées par une étude menée par Lee, Hyun et Kim en 2006.

Pour traiter la grippe, imbibez votre main et respirez l’HE une dizaine de fois. Massez avec l’HE l’intérieur de chaque avant-bras, la voûte plantaire et le bas de la colonne vertébrale. Mettre 6 gouttes sur chaque endroit à masser. Voici les autres pathologies sur lesquelles l’huile essentielle de ravintsara peut agir :

  • Herpès labial
  • Bronchite productive avec toux grasse, rhinopharyngite, etc.
  • Otite
  • Sinusite
  • Gastro-entérite
  • Angoisse et anxiété
  • Asthénie (et fatigue intellectuelle)
  • Concentration
  • Déprime saisonnière
  • Furoncle
  • Varices

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *