Albert Rakoto Ratsimamanga : un nom digne de confiance aujourd’hui associé au Covid organics

Albert Rakoto Ratsimamanga : un nom digne de confiance aujourd’hui associé au Covid organics

24 avr. 2020

Le nom de Ratsimamanga revient au-devant de la scène depuis le 19 avril 2020, alors que le présent de la République malgache a annoncé la découverte et la distribution d’un remède contre le Covid19. Il s’agit d’une solution buvable, une tisane développée par l’IMRA, institut de recherches fondé par Albert Rakoto Ratsimamanga et sa femme. Pour les Malgaches, ce nom est associé à l’efficacité ! Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, voici un petit résumé !

 

Ratsimamanga : un emblème national

Un membre de la famille royale, un médecin et un scientifique de renom

Albert Rakoto Ratsimamanga est le petit-fils du prince Ratsimamanga, oncle et conseiller de la reine Ranavalona III. Le fait d’être issu d’une famille aristocratique forgera son destin, mais en tant qu’homme, il restera humble et serviable. Il apparaît évident que sa vocation est la médecine.

Dans les années 30 et 40, il devint médecin de l’Assistance Médicale Indigène (AMI), puis se rendit en France pour devenir docteur en médecine, docteur ès sciences, diplômé de l’Institut de médecine exotique et de l’Institut Pasteur.

Ces travaux sur la biochimie, la physiologie des hormones, en l’occurrence les corticosurrénaliennes lui valent une renommée internationale. Dans les années 70, il retourna à Madagascar et créa le CNRSP (Centre National de Recherches Scientifiques et Pharmaceutiques, ainsi que l’IMRA (Institut Malgache de Recherches Appliquées).

 

Un nationaliste et un diplomate

En 1935, Albert Rakoto Ratsimamanga fonda le MDRM (Mouvement Démocratique pour la Rénovation de Madagascar), déposant lui-même les statuts à la Préfecture de Paris. Ce mouvement est incontournable dans l’histoire malgache, et est connu pour la lutte pour la liberté et l’indépendance de Madagascar. Tout s’arrête cependant en 1947 dans un bain de sang, mais du sang de héros.

Après l’obtention de l’Indépendance en 1960, il devint ambassadeur malgache en France (et ce, jusqu’en 1972), mais créa aussi les ambassades en Allemagne fédérale (1962), en Sierra Leone (1963), en U.R.S.S.(1973) et en Corée du Nord (1973). De plus, il représente son pays auprès de l’OMS, l’UNESCO et la FAO. À sa mort, le 16 septembre 2001, le pays perdit un héros national.

  Albert Rakoto Ratsimamanga : un nom digne de confiance aujourd’hui associé au Covid organics  

 

Un nom auquel les Malgaches font confiance

Un médicament mondialement connu contre le diabète

À son retour au pays vers 1973, il fonda l’IMRA avec sa femme, Suzanne Urverg, recherchant et développant des phytomédicaments et des remèdes traditionnels améliorés. L’institut arriva à son apogée en 1998, lorsqu’après 25 ans de recherches, le Pr Rakoto-Ratsimamanga et ses collaborateurs, en partenariat avec le laboratoire français Rhône Poulenc-Rorer, découvrirent le premier antidiabétique mondial d’origine végétale : le MADEGLUCYL. Il fut nommé "International Man of the Year 1997-1998" et l’institut se développa,comprenant 102 personnes, dont 32 chercheurs et techniciens en 1998.

 

Divers médicaments utilisés par les Malgaches

Situé à Avarabohitra Itaosy, Antananarivo 102, Madagascar, l’institut consiste en un jardin botanique, une animalerie,divers laboratoires de recherche et un centre médical. L’IMRA, devenu Fondation Albert et Suzanne Rakoto Ratsimamanga, développe aujourd’hui des produits médicamenteux et cosmétiques, ainsi que des huiles essentielles. Plusieurs domaines sont concernés : phytochimie, pharmacologie parasitaire et cellulaire, diabétologie, pharmacodynamique et toxicologie, chimie analytique des huiles essentielles…

Les Malgaches utilisent ces produits, moins chers que les produits importés, au quotidien pour se soigner et prendre soin de leur santé : calcium, produits pour le foie, le calcul rénal, etc. La population les appelle produits Ratsimamanga et presque tout le monde y fait confiance, d’autant plus qu’ils s’avèrent efficaces. Le 2 octobre 2012, la Fondation Albert et Suzanne Rakoto Ratsimamanga est même reconnue d’utilité publique par le Conseil de gouvernement.

 

Annonce du Covid-Organics et remontée de la renommée de Ratsimamanga

Qu’est-ce que le Covid-Organics ?

Il est donc tout à fait naturel que le Gouvernement malgache ait choisi l’IMRA pour le représenter et ordonner la recherche et la fabrication d’un remède contre le virus du moment ! Cela n’a pas pris longtemps pour que l’institut mette en bouteille le remède annoncé préalablement en grande pompe par le Président malgache.

Le 19 avril 2020, les Malgaches et « le reste du monde » ont pu découvrir qu’il s’agissait d’une solution buvable, en l’occurrence une tisane à base d’Artemisia. Ce remède préventif et curatif, dénommé Covid-Organics (CVO), aurait fait ses preuves sur les patients malgaches atteints du Covid19 et ferait prochainement l’objet d’essais cliniques dans des laboratoires étrangers.

    Albert Rakoto Ratsimamanga : un nom digne de confiance aujourd’hui associé au Covid organics   

Similitudes avec la proposition de La Maison de l’artémisia

Le 23 mars 2020, La Maison de l’Artemisia a lancé l’Appel à projets lutte COVID-19 :prévenir et atténuer l’épidémie avec l’Artemisia annua. Dans ce document, l’ONG avance des arguments et des faits scientifiques pour suggérer l’utilisation de la plante en tant que prévention, et ce, sous forme de décoction quotidienne, à raison de de 10 g par personne et par jour sur une durée de 7 jours. Ceci ressemble « étrangement » à la posologie du Covid Organics. Il ne serait pas étonnant de savoir que chaque bouteille contienne 10 g d’artémisine.

Dans tous les cas, dans cet appel à projets, l’innocuité d’une préparation à base de décoction d’Artemisia annua est vivement et rationnellement défendue, avec des preuves scientifiques. Les principes actifs de la plante résolvent les symptômes de difficulté respiratoiremodérés, avec des résultats avérés lors des traitements du SARS-CoV en 2002, et du COVID-19 en 2020, sur des patients en Chine. La Maison de l’Artemisia a affirmé être prête à mettre à disposition immédiatement et gratuitement de l’Artemisia annua à destination du personnel soignant des services de réanimation des hôpitaux français. La production est « très peu chère » affirme le document.

 

Qu’est-ce que l’artemisia ?

Le Covid Organics est à base d’Artemisia, une plante utilisée depuis des siècles par la médecine chinoise. La chercheuse en pharmacie chinoise, Tu Youyou, avait même obtenu le prix Nobel de médecine en 2015 pour ses travaux de recherche contre le paludisme, impliquant l’Artemisia. Cependant, l’OMS et l’Académie nationale de médecine semblent être sceptiques et recommandent de l’associer avec d’autres médicaments.

L’artemisia se décline en fait sous de nombreuses espèces et est très présente en France, en Chine et au Sahara. Elle est consommée sous différentes formes : tisane à but thérapeutique, spiritueux (l’asbinthe à base d’Artemisia absinthium) à but récréatif… À savoir que Madagascar possède le plus grand stock d’artemisine au monde (environ 10 % de la production mondiale), que la société Bionexx exporte en Asie et surtout en Europe.

Le 24 mars 2020, Lucile Cornet-Vernet, fondatrice et vice-présidente de la Maison de l’artemisia, une association basée à Paris, avait envoyé une lettre à plusieurs pays africains, recommandant l’exploitation de l’artemisia annua et l’artemisia afra, deux plantes médicinales aux vertus antipaludiques, pour lutter contre le Covid-19. Une dizaine de pays, dont la RDC, la République centrafricaine, le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Bénin… et Madagascar, auraient donné leur accord de principe pour pratiquer des essais cliniques basés sur la plante.

L’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique avait mené l’enquête et avait découvert qu’une partie du discours du président Andry Rajoelina sur le remède contre le Covid-19 reprenait des passages de cette fameuse lettre de La Maison d’Artemisia, adressée à l’origine au ministre malgache de la Santé, Ahmad Ahmad.

  Albert Rakoto Ratsimamanga : un nom digne de confiance aujourd’hui associé au Covid organics  © Détours Madagascar

 

 

Réception du Covid Organics

Avis du corps médical et de la communauté scientifique

Le potentiel de l’artemisia dans la lutte contre le Covid-19 est certain, mais pour pouvoir affirmer qu’elle peut guérir les malades, il faudrait passer par des essais in vitro, avant les essais sur de véritables patients. C’est ce que confie Catherine Hill, épidémiologiste et ancienne cheffe de service à l’Institut Gustave Roussy, à Villejuif. Un institut a déjà lancé un essai in vitro le 8 avril, mais n’a pu jusqu’ici affirmer quoi que ce soit ! Il s’agit du célèbre institut allemand Max Planck, lauréat de 18 prix Nobel depuis 1948 et auteur de 15 000 publications par an. L’entreprise américaine ArtemiLife et des chercheurs danois ont collaboré à cet essai.

Depuis le 20 avril, un communiqué de l’Académie nationale de médecine de Madagascar circule sur Facebook, mettant en garde la population sur le fameux remède et le fait qu’aucune preuve scientifique claire n’a été apportée et qu’il fallait faire particulièrement attention aux enfants.

Sur LinkedIn, le Pr Stephane Ralandison, Doyen de la Faculté de Médecine de Toamasina, met également en doute la crédibilité et l’utilité du Covid Organics. Il affirme que les malades malgaches atteints du Covid-19 présentent peu de symptômes et que dans ce cas, peu importe le traitement, on ne peut qu’avoir de bons résultats. Et pourquoi faire prendre aux « personnes saines » un quelconque risque, si petite soit-elle ? S’est-il posé comme question.

 

Avis de la population

Les Malgaches font généralement confiance au nom de Ratsimamanga, ce savant et héros malgache. Il gagnera encore en notoriété, même s’il n’est plus de ce monde ! Dans tous les cas, il aura laissé un héritage qui durera encore bien longtemps ! Certaines réactions ont cependant été mitigées à cause du fait que le Président l’ait annoncé comme une autopublicité et que les Malgaches méritaient des explications plus détaillées et plus rassurantes de la bouche d’un expert, un scientifique.

Le Chef de l’État avait également annoncé que la tisane serait distribuée et administrée aux élèves qui allaient reprendre les cours. Certains parents ne sont pas forcément d’accord, d’autant plus qu’il semble que l’annonce laissait entendre qu’on ne leur donnait pas le choix !

Bien évidemment, beaucoup ont cependant loué les efforts et les compétences de l’IMRA et du président. Dans les rues, la foule se met en ligne pour recevoir sa dose de Covid Organics une bouteille à la main. Les autres se demandent les uns aux autres les lieux où l’on peut s’en procurer !

Le Maire d’Antananarivo, lui, conclut dans un communiqué de presse que la population malgache est plus jeune et résistante, et qu’elle possède des défenses immunitaires plus adaptées, ayant déjà fait face à beaucoup d’épidémies (paludisme, grippe, choléra, peste, etc.) et baignée dans la chloroquine depuis le jeune âge. Dans tous les cas, Madagascar vaincra ce virus !

 

© Détours Madagascar - 24 Avril 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
Oely
04 mai 2020
Je suis très ravi d'apprendre les perspectives à engranger ce si précieux médicament Tambavy CVO à travers l'IMRA. Nous sommes un peuple béni car Dieu nous a placé sur ce beau pays qui est Madagasikara. L'artémesia fait partie de composants de ce Tambavy CVO certes, mais je demande solennellement aux responsables de l'IMRA et l'état Malagasy de garder nos formules magiques comme la Company COCA COLA a bien gardé ses siennes jusqu'à ce jour. Que les retombées économiques à travers ce médicament peuvent apporter des impacts positifs au peuple Malagasy ne serait que dans les domaines des infrastructures (Les routes, Les hôpitaux...) pourquoi pas Madagasikara pourrait étudier les plans des aides sociales pour l'ensemble du peuple Malagasy. Une petite honnêteté de la gestion d'argents public suffirait de faire taire le critiques négatifs de ces pays qui nous subventionnent depuis des décennies.
Olive Ramarozatovoverified
14 mai 2020
Nous sommes ravis de voir qu'il y en a qui veulent garder jalousement la formule du CVO pour faire briller ce fabuleux pays ! Magnifique, merci ! En tout cas, nous espérons et luttons à notre façon pour que le peuple en tire du positif.
Répondre
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
Gaïaland
02 mai 2020
Faut arrêter de faire gober des inepties à la masse ! L'Artémisia Annua est reconnu pour traiter et soigner le paludisme, hors il s'agit de là d'une faute, car il est évident, bien que cette plante est cette réputation, des milliers de personnes meurent chaque année en Afrique du paludisme. C'est comme pour le vaccin de la grippe, encore une fois, des milliers de personnes se font vacciner chaque année contre la grippe et l'année suivante doivent se refaire vacciner pour être soigner car ils ont chopper la grippe - Il s'agit donc qu'une façon pour BigPharma de s'enrichir ! Il y à un couple français qui voyage sur le continent africain depuis un an "Les marioles trotters" - arriver dans un pays, ils se sont mis à consommer de l'infusion d'Artémisia Annua et la femme à attraper le paludisme. Il a fallut l'hélitroyer jusqu'à l'hôpital de la capital pour la soigner en urgence, elle passa à côté de la mort (vidéo disponible sur leur chaîne YT) . L'Artémisia Annua traite le paludisme, mais comme pour n'importe quel remède, cela soigne juste certaines personnes et non la masse d'individus, tout simplement parce que nous sommes tous différent - par le fait que certains sont sportif, d'autres auront de bonnes défenses immunitaires, certains seront immunisés naturellement - voyez-vous, des facteurs multiples sont autant de paramètres qui font que le remède réagira différemment sur chaque individus ou qu'il n'apportera aucun bénéfice. Madame Mialy Rajoeline (femme du président malgache) à reçu le 11 mars 2020, le prix d'ambassadrice ou marraine de la vaccination en Afrique par l'OMS - un mois avant la fameuse découverte du remède CVO du président malgache Andry Rajoeline. faut avouer que c'est troublant - comprenez bien que l'OMS et la famille Rajoeline marche main dans la main ! Le 21 avril, les États-Unis, finance à hauteur de 2.5 millions de dollars Madagascar afin de combattre le coronavirus alors qu'il n'y eut aucun décès à Madagascar lié au coronavirus. - Mialy Rajoeline qui reçoit son prix le 11 mars 2020 : http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2020/03/12/organisation-mondiale-de-la-sante-mialy-rajoelina-nommee-marraine-de-la-vaccination/ - Versement des fonds le 21 avril 2020 : https://www.linfo.re/ocean-indien/madagascar/lutte-contre-le-covid-19-les-etats-unis-deboursent-2-5-millions-de-dollars-pour-madagascar En ce qui concerne le CVO (Covid-Organic), faut savoir que le président malgache Andry Rajoeline, annonce que ce remède fut élaborer à Madagascar, hors, l'étiquette collée sur les bouteilles de remède est estampillé d'un code barre français alors que le gouvernement malgache dit que ce remède fut inventé par le laboratoire IMRA situé à Madagascar, par l'équipe du Professeur Albert Rakoto-Ratsimamana. Nous nous apercevons qu'après l'annonce de ce prétendu "miracle", en quelques jours, des tonnes furent distribuer à plusieurs pays, ce qui montre l'ampleur de la supercherie basé sur des stocks prêts à la distribution. A cela j'ajoute également, lorsque l'on trouve un remède ou un prétendu traitement, on ne distribue pas ce genre de remède sur la simple conviction que juste deux personnes ont étés traiter ou guérit, c'est impensable et inimaginable en terme de sécurité sanitaire, bafouant tout les protocoles !!! Voyez-vous la supercherie ? De plus, pour pouvoir trouver un remède efficace, il faut des mois (au moins 12 voir 18) de recherches en laboratoire, ce qui ne fut pas le cas pour le CVO (Covid-Organic), sachant que si un remède est trouver, il sera vain car le covid-19 est un virus mutant. Aujourd'hui, à Madagascar, beaucoup de personnes ayant prit ce remède commence à se plaindre sur les effets négatif. Il faut bien comprendre l'arnaque; le covid-19 fut élaborer dans un laboratoire P4 aux USA, appartenant à George Soros, qui est (pour ce dernier) responsable des problème liés à l'imigration. La composition de ce virus est fait de la rougeole, rubéole et du VIH. Maintenant, je vous demande d'être objectif et sérieux dans votre réflexion - comment une plante tel que l'Artémisia Annua peut-elle traiter le covid-19 tout en prenant en compte les composants de ce dernier ? L'Afrique sert de cobaye comme toujours, le passer l'a toujours prouver. Innoculation de l'hépatite B dans les vaccins de la grippe, puis la stérélisation du continent africain, et j'en passe. Le gouvernement français est complice avec les gouvernement africains, aucun d'eux ne veut le bonheur des africains, seul les capitaux bancaiers et industriels comptes. L'Afrique est un problème pour les mondialistes, et le grand manitou qui dirige ce monde veut s'emparer du continent africain pour ces richesses qu'il est obliger de payer. Le bute étant d'éradiquer les peuples afin de prendre le pouvoir. Comprenez bien que c'est Bill Gates qui a créer ce virus covid-19, afin de mettre en place une vaccination forcée, basée via des nanotechnolnogies + RFID pour éliminer une partie et vacciner la planète entière. Le président malgache est un assassin en puissance à la botte de BigPharma ! Ce remède vient de la France et non de Madagascar, effectuez des recherches et voyez comment ils se foutent de tout le monde. Les deux premiers pays qui ont commander le remède sont le Sénégal et le Congo qui sont connus pour obéir aux ordres de l'OMS à la lettre !!! L'Artémisia Annua ne peut en aucun cas soigner le covid-19, sinon on s'en serait servit pour traiter le VIH ainsi que la rougeole et la rubéole. Comme je l'ai mentionner plus haut, le virus covid-19 est un virus mutant, il est donc impossible de trouver un vaccin permettant de traiter la maladie. Sachez néanmoins, qu'il existe déjà des miliard de vaccins disponible, mais ils sont en train de les réajuster afin d'y inoculer la nanotechnologie qui permettra de tracer chaque individu - effectuez également des recherches à ce sujet. Apprenez à réfléchir au lieu de servir d'idiot utile au nouvel ordre mondial !
Oely
14 mai 2020
Merci Monsieur Glaglagla Un emballage d'un produit peut être frappé par un code barre mais pas forcement le produit à l'intérieur. Il vous serait mieux de forger votre connaissance sur les multitudes vertus de 62% de CVO. D'ailleurs, CVO = 3 composants que vous ne saurez jamais les 2 tant que vous êtes prisonniers de vos protocoles.
Répondre
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
Hary Lala
28 avril 2020
Certes ce sont des grandes et petites figures mais Ne pas oublier feue Bao Andriamanjato feue Gisele Rabesahala Les ferventes activistes et expertes en genre feue Lalao Rasoamampionona mesdames Noro Ravaozanany .Ialfine Papissy et autres. Madeleine Ramaholomihaso.
Olive Ramarozatovoverified
14 mai 2020
Même si j'en connais peu des personnes citées, à part feue Madeleine Ramaholimihaso, nous sommes sures que ces personnes et beaucoup d'autres ont leur louable mérite également ! Nous vous remercions pour ce rappel.
Répondre
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
OLV
27 avril 2020
Article bien développé, bravo. Quel homme quand même ce Ratsimamanga !
Olive Ramarozatovoverified
14 mai 2020
Merci à vous !
Répondre
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *
Tags
Tourisme (64)culture (35)Peuple et Ethnies (18)Culture et Tradition (16)histoire (13)Exploration (10)Faune et Flore (10)Navigation (5)recit de voyage (5)Canal du Mozambique (4)flore (4)Flore de Madagascar (4)le canal des pangalanes (4)Makay (4)sud (4)Actualité (3)Ankarana (3)Art (3)Fianarantsoa (3)plantes medicinales (3)Responsable (3)Richesse (3)sainte marie (3)Solidaire (3)sports (3)Tolo (3)Andavadoaka (2)Archipel des Radama (2)Baobab (2)Covid-19 (2)croisière (2)Developpement solidaire (2)Extrême-sud (2)fête (2)imerne (2)Musique (2)photographie (2)pierrot men (2)plante médicinale (2)production malgache (2)Production mondiale (2)Ravintsara (2)Requin Baleine (2)traditions (2)Tsingy (2)visite (2)voyage de groupe (2)Ambila (1)Angano (1)Antso Re (1)Architecture (1)association (1)automobile (1)Bemaraha (1)betsileo (1)bien être (1)biodiversité (1)birdwatching (1)Cacao (1)carnaval (1)casa (1)chapeau (1)Contes malgaches (1)Crise (1)Danse (1)départ de groupe (1)détours artistique (1)developpement (1)Documentaire (1)Émission (1)endémiques (1)époque royale (1)Ethique (1)famille (1)femme (1)Film (1)Fort-Dauphin (1)goelette (1)groupe (1)huile essentielle (1)Huiles essentielles (1)Iary (1)île paradisiaque (1)instruments (1)Katrafay (1)madagsacar (1)malgache (1)mariage (1)mohair (1)montagne (1)Morondava (1)Namoroka (1)Nosy Iranja (1)Oiseaux (1)panama (1)Parfums (1)peinture (1)phytothérapie (1)plage (1)rite (1)souvenir (1)Toamasina (1)Tour de Mada (1)Tournage (1)traditonnel (1)train (1)Transport (1)Tropique du Capricorne (1)Tuléar (1)usine (1)Vanille (1)Vezo (1)voyage solidaire (1)Ylang ylang (1)Zoto (1)

Bonjour

Je suis Miora RAZAFINDRAJERY de "Détours Madagascar". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
(+33) 09 70 19 62 83